– Interview Marc Waltzer

Marc Waltzer tient le micro depuis la première édition de la Monta-Cala en 2009. Il donne de sa personne et de ses cordes vocales chaque année et a accepté de répondre à quelques questions.

– Marc, tu es le speaker de la course depuis 2009, comment t’es tu retrouvé sur ce poste et surtout, seras-tu encore la voix de Peillon cette année ?

Au départ, c’était surtout par souci d’économie que l’on m’a donné le micro, et maintenant il faut payer cher pour me le reprendre !

– Comment prépares-tu tes interventions ? Tu analyses tous les résultats des courses ?

Je suis depuis tant d’années dans le milieu de la course que je n’ai pas trop besoin d’aller voir voir sur internet.
J’ai juste besoin de me renseigner sur les performances des coureurs en présence. Quand j’ai un petit trou il me suffit de me rapprocher de Jeremy Payot et de Franck Saffioti pour avoir tous les détails : poids, taille, âge, records, projets de tous les coureurs du 06 et 83… j’ai aussi l’option de passer un petit coup de fil en Bretagne chez l’ami Stéphane Goile, la bible de la course à pied.

– Des nouveautés pour cette année ?

Pour cette année je comptais couper la musique de fond et chanter quelques chansons en niçois, mais on me l’a déconseillé ! Ou alors je vais peut être faire le commentaire bilingues, Niçois – Francais.
Plus sérieusement je vais essayer de donner la parole aux coureurs, et pas simplement aux premiers, afin de valoriser un maximum tous ceux qui font le succès de la course à pied dans le 06 depuis de longues années.

– Peux-tu nous montrer que tu n’es pas un imposteur et nous parler de tes différents records et de tes meilleures performances sportives ?

Dans une autre vie j’étais coureur à pied c’est vrai et sans être accro aux chronos, mais en courant pas mal de km hebdomadaires.
Je tournais à 16km sur l’heure, un petit peu moins de 3h sur un des rares marathons que j’ai couru (je n’étais pas un passionné de longues distances à part peut être le marathon du Médoc, mais celui là est un peu particulier).

– Tu as été le président du club et tu en es encore le président d’honneur. Qu’est ce qui te motive encore ?

J’ai été le président de Courir à Peillon pendant quelques années avec bonheur, depuis la création en 2007 jusqu’en 2014.
La course à pied fait donc partie de ma vie comme encore deux ou trois passions qui ne me lâchent pas mais c’est surtout la joie de côtoyer toute cette bande de joyeux fêtards (comme disait Moustaki) qui sans se prendre la tête arrivent à marier, sport, amitié, convivialité… qui me motive à ne pas me retirer et à donner encore un petit coup de main (et de temps en temps quelques avis contraires afin de calmer les ardeurs des plus entreprenants) Le club de Courir à Peillon par ses valeurs, et tous ses adhérents le méritent bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *