Marathon de Ténérife

Plusieurs de nos membres avaient fait le déplacement avec nos voisins de Blausasc Trail afin de participer au marathon de Ténérife.
Stéphane Giordanengo et Jérémy Payot sur le 42 km et Aurélie Aquilina sur le semi-marathon.

Ce marathon, réputé difficile car composé de deux boucles avec des montées et des descentes était cette année particulièrement venteux, ce qui a, bien sur, éprouvé les organismes.


Le résumé des courses

Aurélie n’était pas suffisamment remise de sa grosse blessure. Après 12 premiers km magnifiques, où même le vent ne venait pas altérer sa foulée, elle a du se résoudre à marcher-courir pour finir. Nous lui souhaitons tous un prompt rétablissement.
Elle termine cette difficile épreuve en 1 h 52 min, 477ème et 56ème féminine.
Il ne fait cependant aucun doute que tout son entrainement lui permettra d’aller battre quelques records dans les mois à venir.

Aurélie accompagnée par Freddy Chabrière

Stéphane Giordanengo a l’habitude de partir vite, quelque soit la course. Il est passé cette fois au semi-marathon en 1 h 22 min 42 (chrono qui en fait rêver plus d’un).
Le demi-tour a été compliqué car son allure a légèrement baissé. Un temps 3ème de la course il a vu quelques concurrents le doubler en raison de la baisse de son rythme. Il termine difficilement mais à une jolie 6ème place en 3 h 02 min 23.

Jérémy Payot est plus métronome dans ses allures. Il voulait terminer sous les 3 h, ce qui équivaut à 4 min 15 au km.
Il est donc passé au semi en 1 h 28 min 36, et possédait donc à ce moment là 1 min 30 d’avance sur l’objectif.
Cependant la deuxième boucle aura laissée des traces et son allure moyenne n’a fait que chuter. Cependant Jérémy a tout donné pour limiter la casse et ne viser que la place qui lui permet de monter sur le podium catégorie.
Il conclut cette course à la 15ème place en 3 h 09 min 38.

Voici son compte-rendu :

« Marathon en deux boucles identiques (2x21km) avec les 8 premiers km dans le centre ville de Santa Cruz ou il fallait enchainer montées, descentes et faux plat.
Les 13 autres kilomètres étaient un aller-retour en bord de mer en faux plat et avec du vent et pas joli du tout…

Les 15 premiers km se sont plutôt bien passé, j’étais dans les temps sans être facile pour autant.
A partir de là j’ai commencé a perdre 2″ au km sans pouvoir lutter ni même m’accrocher à un autre concurrent car aucun ne semblait tenir une allure convenable.
Le deuxième passage dans la ville a été fatal, 8km a 4’25/4’30 et à la sortie de la ville j’étais 10eme mais plus de jus pour prétendre à un chrono.
Je n’ai plus regardé ma montre et j’ai serré les dents pour terminer seul quasiment toute la fin du parcours. »

Djé au km 4
Djé au 27ème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *