Archives par mot-clé : peillon

– Entretien avec … Thibault Tchilinguirian

Certains coureurs sont sympas. D’autres sont rapides. D’autres sont endurants. D’autres sont de vrais cascadeurs. Certains sont tout ça à la fois et même plus encore. Thibault Tchilinguirian est l’un d’entre eux et il a accepté de répondre à quelques questions. 

Salut Thibault, tu as déjà participé au Trail de Peillon, peux-tu nous en dire quelques mots ?

Salut l’équipe ! J’ai participé à la première édition dans des conditions inoubliables avec des scènes dignes d’un film d’animation japonais avec le village perdu dans les nuages !

L’an dernier j’étais blessé mais c’était l’occasion de faire des photos et d’encourager les amis. C’est une course magnifique et les bénévoles sont au top.

J’ai déjà coché le 10 juin au calendrier pour y participer à nouveau.

Nous aurons donc la chance de te voir sur le Camin dei Cabras, c’est déjà une superbe nouvelle !
Je sais que tu aimes les défis, peux-tu nous dévoiler ton programme pour les mois à venir ?

Au programme cette année des courses du Défi 5 pour valider des points avec l’équipe Courir à Peillon (Thibault licencié chez Blausasc Trail a gentiment accepté de nous prêter main forte pour ce défi ndlr) en plus des traditionnelles courses de village du challenge du pays des Paillons : l’Escarénoise, Trail des Limaces de Blausasc, Trail de Peillon donc, ascension du col de Braus et Trail de Berre les Alpes.
Je ne pourrai par contre pas défendre mon titre à Contes car je serai en Corse pour l’objectif de l’année : la Restonica Trail.

Fin octobre, j’irai également faire le Volcano Trail en Sicile mais plus en mode touriste 😉

Tu es également l’organisateur du Trail l’Escarénoise, tu veux nous en dire plus ?

Oui, avec les amis du team Pharma Escarène on co-organise le trail de l’Escarène qui aura lieu le 6 mai http://www.lescarenoise.fr Cette année il y aura deux distances : 11,5 et 18 km pour être accessible au plus grand nombre.

Sur internet tu es souvent chambré pour ton soi-disant manque de sens d’orientation, notamment par notre ami Stéphane Giordanengo. On te laisse un droit de réponse !

Je lui ai donné cette occasion en m’égarant chez moi… Cette année je pourrai tester la qualité du balisage avant la course !!

Il aime bien le rappeler, on en joue, mais en réalité je n’ai pas tant de lacunes que ça. L’avantage, c’est qu’avec le temps, il ralentit de plus en plus et je vais pouvoir le suivre. Ca tranquillisera mes courses !!

Merci pour ce bon moment Thibault et rendez-vous donc le 6 mai à l’Escarène !

– S’inscrire à la MC et au Trail

Les inscriptions en ligne sont ouvertes.
Ne trainez pas, pour des raisons de sécurité et de logistique seuls les 300 premiers inscrits pourront courir.

JE M’INSCRIS

Pour ceux, celles qui souhaitent s’inscrire par courrier, il vous suffit de renvoyer les informations contenues sur le flyer au :
COURIR A PEILLON
74, avenue Cernuschi
Le Mexico
06100 Nice

– Entretien avec … Walter Collazuol

Il diavolo Sarde aprente les routes et les chemins de la vallée du Paillon tout au long de l’année, en courant ou à vélo. 
Il a participé aux deux premières éditions du trail de Peillon, en terminant notamment trempé l’édition dantesque sous des trombes d’eau. 
Il a gentiment accepté de répondre à quelques une de nos questions en abordant notamment le côté technique de la compétition. Il est le premier en 2018 à nous confier ses impressions. 

– Salut Walter Collazuol. Tu as participé aux 2 éditions du trail de Peillon, comment le définirais-tu ? 

L’entraîneur d’une équipe de foot dit à ses joueurs de ne jamais sous-estimer l’adversaire. Dans le trail il est essentiel de ne pas sous-estimer le parcours.

Le petit trail de Peillon, fait de ses 17 km et moins de 1000 mètres de D+
peut facilement induire en erreur, même les coureurs les plus aguerris qui ne connaissent pas le parcours.

La ligne de départ est sur la route de Saint-Thècle, on sent respirer tout proche le Paillon.

Sur la ligne de départ on peut facilement se retrouver à côté de quelques champions de notre Région (en 2017 on en était à la deuxième édition et on enregistrait environ 80 participants, avec une très bonne ambiance).

Jusqu’au petit tunnel qui détermine le vrai départ du tracé trail, où nous commençons à douter de nous-même.

– Quels en sont ses points forts ? 

J’aime bien cette compétitions, pas très loin de la maison, pas trop longue, mais je tiens à souligner bien technique.
Un vrai banc d’essai pour savoir où on en est dans la préparation pour des compétitions plus longues. Cette année je voudrais participer à l’ultra trail des Alpes Maritimes.

Comme je disais c’est un petit parcours, mais très varié.

Les organisateurs se sont donnés du mal pour modeler cette jolie boucle entre le Paillon, Saint-Thècle et le caractéristique village de Peillon.

– Avec quel autre trail tu lui trouverais des points communs ?

Si on veut faire un commentaire sur le Dénivelé, là aussi on peut imaginer que le 900 mètres de D+ peut nous permettre de garder nos moyens de rêver, mais à la fin quand on commence à courir sur des pierres qui ressemblent à des lames et dans certaines montées on pense presque être sur une course de sky running, on peut vite regretter d’être parti trop fort.

– Tu as réalisé à chaque fois environ 2 h 12, est-ce que l’on te verra en 2018 et surtout est-ce que tu amélioreras ce chrono ? 

Pour finir, je participerai encore encore cette année, j’essayerai d’améliorer mon temps (env 2 heures 12) et finaliser ma préparation pour le Triathlon de Cannes.

Merci beaucoup Walter et rendez-vous le 10 juin !