Archives par mot-clé : trail

– 20 km Paris / Courir pour une fleur / Aviva Hyères / Trail Gorbio

Oh le beau week-end chargé pour les membres de Courir à Peillon !
Et ceux qui s’annoncent risquent de l’être encore plus, on va se régaler.


20 km de Paris.

Stéphane Cittadini et Serge Tedesco se ont expatriés (et extirpés de la foule) pour participer à cette magnifique course de masse.
Stéphane en souligne la superbe organisation malgré les 31000 coureurs au départ et la température méditerranéenne (26 degrés ambiants).

Les résultats :
CITTADINI Stéphane : 1067ème en 1 h 26 min 16
TEDESCO Serge : 15124ème en 2 h 03 min 58

Les records du club sur 20 km


Courir pour une fleur

En ce matin du 14 octobre 2018, 6 représentants de Courir à Peillon avaient fait le déplacement vers Antibes pour la traditionnelle course Courir pour une fleur.
Au programme, un presque 10km (9,6km) et un semi marathon, en bord de mer et sur les hauteurs du Cap d’Antibes … ce qui sous-entendait pas mal de dénivelé.
Hanane a porté haut les couleurs de CAP, elle se classe 13eme Féminine et 3eme M1.
Sur le semi, Alain figure bien pour terminer en 1h44min34s.
Sur le semi également, 4 représentantes féminines, en prépa marathon en vue de Nice-Cannes, donc en mode « on envoie un peu mais pas trop ! ». Dans ce contexte, Dorothée passe sous les 2 heures (1h59min29s) malgré les presque 200m de dénivelé pour son premier chrono officiel sur la distance.
Marie Claude, habituée des podium catégorie, l’emporte dans sa catégorie M3 en 2h04min05s.
Carole et Véronique font quant à elles des courses courageuses, de bonne augure pour la suite …
Les résultats du 9,6 km :
HANANE Hili : 13ème F en 43min40 (3eme M1)
1851 participants
Les résultats du semi marathon :
CARLICCHI Alain :  1h44min45s 251 M
CORDERO Dorothee : 1h59min29s 73eme F/226
SERGENT Marie Claude : 2h04min05s 92eme F
BIANCO Carole : 2h09min52s 133eme F

MARINO Véronique : 2h41min29s 216eme F

995 participants

Les records du club sur 10 km chez les femmes

Les records du club sur semi-marathon


Aviva Trail de Hyères

Les résultats :
PAYOT Jérémy : 20ème en 52’50
VISSUZAINE Antoine : 98ème en 1 h 07 min 48

Les résultats complets


Trail de Gorbio

Jean-Pierre Spies : magnifique temps ce week-end pour admirer les paysages mer et montagnes du côté de Gorbio.
Samedi je me suis inscrit pour le kilomètre vertical.
Dimanche j’étais bénévole pour la sécurité au Rocagel.
Les résultats du KV :
SPIES Jean-Pierre : 36ème en 1 h 07 min 40
Les résultats du 16 km :
DEMORY Mathilde : 68ème en 1 h 56 min 03

– Trail de la Peira / Course des plages Bormes / Grasse

Trail de la Peira

Sandrine Machavoine a participé au trail de la Peira.
Elle a souffert mais s’est régalée au milieu de ces superbes paysages.
Elle termine 122ème en 3 h 15 min.


Course des plages Bormes les Mimosas

Photo de Franck et Julien avec François Holzerny le vainqueur.

SAFFIOTI Franck : 6ème en 39min01″
PAYOT Jérémy : 16ème en 41min03″
WALTZER Julien : 39ème en 43min58″
SERGENT Marie-Claude : 207ème en 1h00min04″
BIANCO Carole : 252ème en 1h05min17″

315 Arrivants

Résultats complets : http://bases.athle.com/asp.net/liste.aspx?frmbase=resultats&frmmode=1&frmespace=0&frmcompetition=210181&frmepreuve=10km&frmposition=1


Grasse

HUAULT Sébastien : 29ème en 40min49″
SAFFIOTI Franck : 48ème en 42min15″
DUCHEMIN Angélique : 106ème en 46min35″ 3ème M1F

497 Arrivants

Résultats Complets : http://www.sportips.fr/resultats/2018GRASS10KM.pdf

 

– Trail Rimplas / Muddy Angel / Xman 06

Trail de Rimplas

Bravo à Valérie Mahé notre squaw traileuse, qui enchaîne et termine le trail de Rimplas de 12 km à la 53ème place au scratch et à la 8ème place féminine.
Elle monte encore sur le podium de sa catégorie. Wahou !


Muddy Angel / Xman 06

D’autres coureuses étaient en action sur des concepts de course différents.
Elodie était à Lyon pour une course à obstacles sans chrono afin de défendre la cause de la lutte contre le cancer du sein.
Annabel et Nathalie étaient alignées sur une course à obstacles en milieu naturel
Bravo à toutes.

– Trail Escarenoise / Col de Vence / Marathon Prague / Foulées Mottoises

Trail de l’Escarène

Pour la première manche du challenge du Pays des Paillons  de nombreux coureurs de Courir à Peillon s’étaient donné rendez-vous à l’Escarène.
Cette année, Thibault Tchilinguirian et son équipe de la team Pharma Escarène assistés par la mairie avaient pris la suite de l’organisation de Madeleine.

Deux épreuves étaient au programme et vous verrez en lisant les résultats qu’aussi bien sur le 11,5 km que sur le 18 une pluie de podiums a inondé notre équipe.

En quelques mots il me faut souligner la qualité du parcours (que nous connaissions déjà pour la plupart) ainsi que la qualité de l’organisation. Tout était pensé pour faciliter la vie des coureurs et les sourires étaient vraiment au rendez-vous.

Chacun s’est défoncé pour atteindre ses objectifs individuels malgré la difficulté de certains passages (d’ailleurs des tâches de sang émaillaient certains rochers, j’avoue que de savoir Marie-Claude loin de l’Escarène m’a rassuré !).

Bravo ! A l’an prochain.
Rendez-vous à Blausasc pour la seconde manche du challenge PDP.

Les résultats du 11,5
CHEVROLLIER Sébastien : 9ème en 1 h 15 min 22 podium M1
WALTZER Julien : 10ème en 1 h 15 min 23 podium S
AQUILINA Aurélie : 18ème en 1 h 23 min 01 podium scratch
ADAM Gilbert  : 19ème en 1 h 23 min 01
MADANI Florence : 29ème en 1 h 28 min 43 podium M1
ESPECHE Mathilde : 31ème en 1 h 29 min 06 podium cadette
CORDERO Dorothée : 37ème en 1 h 31 min 29 podium S
MAHE Valérie : 39ème en 1 h 33 min 11
HELFTER Nathalie : 40ème en 1 h 33 min 15 podium S
BIANCO Carole : 72ème en 1 h 45 min 35
DEVELLE Anne-Marie : 78ème en 1 h 50 min 32
MARINO Véronique : 98ème en 2 h 17 min 27
99 à l’arrivée

Les résultats du 18 km
PAYOT Jérémy : 26ème en 1 h 50 min 57
CARLICCHI Alain : 41ème en 2 h 00 min 27
FERNANDEZ Elise : 50ème en 2 h 01 min 18 podium scratch
SANNA Fabrice : 54ème en 2 h 04 min 54
SPIES Jean-PIerre : 61ème en 2 h 12 min 15
FRISCH CETLIN Séverine : 91ème en 2 h 34 min 29 podium M1
BISSON Thierry : 92ème en 2 h 34 min 29
MACHAVOINE Sandrine : 115ème en 3 h 04 min 02
120 à l’arrivée

Les résultats sont retrouver sur la page Facebook L’escarenoise

JW.


L’ascension du Col de Vence

  • 285ème MEILLERAND Chantal en 1h19min47″ 1ère M3F

398 Arrivants

Résultats Complets : http://bases.athle.com/asp.net/liste.aspx?frmbase=resultats&frmmode=1&frmespace=0&frmcompetition=205064


Marathon de Prague

  • 2110ème VISSUZAINE Antoine en 3h51min21″

Foulées Mottoises

Résultats 10,250km :

  • 6ème SAFFIOTI Franck en 36min01″

186 Arrivants

Résultats Complets : http://bases.athle.com/asp.net/liste.aspx?frmbase=resultats&frmmode=1&frmespace=0&frmcompetition=210178&frmepreuve=10.2km

– Entretien avec … Thibault Tchilinguirian

Certains coureurs sont sympas. D’autres sont rapides. D’autres sont endurants. D’autres sont de vrais cascadeurs. Certains sont tout ça à la fois et même plus encore. Thibault Tchilinguirian est l’un d’entre eux et il a accepté de répondre à quelques questions. 

Salut Thibault, tu as déjà participé au Trail de Peillon, peux-tu nous en dire quelques mots ?

Salut l’équipe ! J’ai participé à la première édition dans des conditions inoubliables avec des scènes dignes d’un film d’animation japonais avec le village perdu dans les nuages !

L’an dernier j’étais blessé mais c’était l’occasion de faire des photos et d’encourager les amis. C’est une course magnifique et les bénévoles sont au top.

J’ai déjà coché le 10 juin au calendrier pour y participer à nouveau.

Nous aurons donc la chance de te voir sur le Camin dei Cabras, c’est déjà une superbe nouvelle !
Je sais que tu aimes les défis, peux-tu nous dévoiler ton programme pour les mois à venir ?

Au programme cette année des courses du Défi 5 pour valider des points avec l’équipe Courir à Peillon (Thibault licencié chez Blausasc Trail a gentiment accepté de nous prêter main forte pour ce défi ndlr) en plus des traditionnelles courses de village du challenge du pays des Paillons : l’Escarénoise, Trail des Limaces de Blausasc, Trail de Peillon donc, ascension du col de Braus et Trail de Berre les Alpes.
Je ne pourrai par contre pas défendre mon titre à Contes car je serai en Corse pour l’objectif de l’année : la Restonica Trail.

Fin octobre, j’irai également faire le Volcano Trail en Sicile mais plus en mode touriste 😉

Tu es également l’organisateur du Trail l’Escarénoise, tu veux nous en dire plus ?

Oui, avec les amis du team Pharma Escarène on co-organise le trail de l’Escarène qui aura lieu le 6 mai http://www.lescarenoise.fr Cette année il y aura deux distances : 11,5 et 18 km pour être accessible au plus grand nombre.

Sur internet tu es souvent chambré pour ton soi-disant manque de sens d’orientation, notamment par notre ami Stéphane Giordanengo. On te laisse un droit de réponse !

Je lui ai donné cette occasion en m’égarant chez moi… Cette année je pourrai tester la qualité du balisage avant la course !!

Il aime bien le rappeler, on en joue, mais en réalité je n’ai pas tant de lacunes que ça. L’avantage, c’est qu’avec le temps, il ralentit de plus en plus et je vais pouvoir le suivre. Ca tranquillisera mes courses !!

Merci pour ce bon moment Thibault et rendez-vous donc le 6 mai à l’Escarène !

– Entretien avec … Laurent Bermon

 

Lorsqu’il était « Coureur à Peillon » il était surnommé le guerrier. Sa photo d’une arrivée au sprint aux foulées Contoises est restée dans toutes les mémoires.
Il a depuis grandement étoffé son palmarès. Vainqueur d’un grand nombre de courses il a également été champion départemental de cross et a fait exploser ses chronos sur piste.
Actuellement blessé nous espérons le voir rapidement accrocher un dossard. Il a gentiment accepté de répondre à nos questions.
Bienvenue Laurent Bermon !

Salut Lolo, tu as terminé 4ème en 2011, 3ème en 2012, 6ème en 2013 et 2ème en 2015 de la Monta-Cala. Aurons-nous la chance de te voir en 2018 et surtout … tu la gagnes cette année ?

– Si j’arrive à revenir de ma blessure !
Cette année je vais essayer de venir en relais avec Esteban pour faire plaisir à son papy !

Tu es un touche à tout (route, cross, piste, quelques excursions en Trail). Comment te définirais-tu en tant que coureur ?

– A mes débuts j’ai effectivement touché à tout.
Depuis 3 ans je me suis spécialisé dans les cross et la piste. Je n’aime plus trop la route.

Lorsque tu étais licencié chez Courir à Peillon tu étais surnommé le guerrier. J’ai appris que tu entrainais des jeunes à l’ASD Menton. Essaies-tu de leur inculquer ces valeurs qui te sont si chères ?

– Depuis que je me suis blessé (double fracture malléole externe) les jeunes de l’ASD Mentonnais m’ont permis de garder un pied dans l’athlétisme. Ils m’ont beaucoup aidé mentalement. En échange je leur amène un peu de rigueur, d’expérience. Nous avons des jeunes très réceptifs.
Inviter l’académie de Peillon serait un de mes projets par ailleurs !

Nous viendrons avec plaisir ! Pour terminer quand prévois-tu ton retour et quelles seront alors tes ambitions ?

– Pour 2018, je suis un peu dans l’inconnu. Je prévois de retirer mon matériel en septembre.
Si tout se passe bien, je viserai un top 50 aux championnats de France de cross 2019.

Merci pour tout Lolo et on croise les doigts pour ton retour.

– S’inscrire à la MC et au Trail

Les inscriptions en ligne sont ouvertes.
Ne trainez pas, pour des raisons de sécurité et de logistique seuls les 300 premiers inscrits pourront courir.

JE M’INSCRIS

Pour ceux, celles qui souhaitent s’inscrire par courrier, il vous suffit de renvoyer les informations contenues sur le flyer au :
COURIR A PEILLON
74, avenue Cernuschi
Le Mexico
06100 Nice

– Entretien avec … Jean-Louis Allamandi

Certains coureurs représentent parfaitement ce qu’est, pour Courir à Peillon, la course à pied : de l’entraînement, de la gentillesse, de la convivialité et de l’abnégation.
Notre ami, Jean-Louis Allamandi, que tous les coureurs du 06 connaissent, parcourt les routes des Alpes Maritimes depuis maintenant quelques années et fait l’unanimité autour de lui. Il a gentiment accepté de répondre à quelques une de nos questions.


Salut Jean-Louis, la Monta-Cala existe depuis maintenant 10 ans. Tu as participé à de nombreuses éditions. 
Qu’est ce qui te pousse à revenir presque chaque année ?

Si la Monta-Cala a changé de formule au cours de ses 10 années d’existence, l’accueil toujours aussi chaleureux ne peut que nous inciter à revenir chaque année : seules la maladie ou les blessures nous en empêchent, et c’est toujours alors avec le plus grand regret..

Comment choisis-tu les courses auxquelles tu participes ?

Pour le choix des courses, je privilégie bien sûr les courses sur route(s), où je suis plus à l’ aise : les descentes dans les trails ne sont plus de mon âge et me handicapent de plus en plus sérieusement.. Malgré tout, 2 ou 3 trails dans l’ année sont encore envisageables.. j’espère..

Aura-t-on l’a chance de te compter parmi nous le 10 juin 2018 ?

Le 10 juin est encore loin, mais déjà marqué d’ une pierre blanche : ma pré-inscription est, bien sûr, acquise.

Tu as été souvent embêté par des blessures ces derniers temps. As-tu cependant des objectifs sportifs pour la saison à venir ?

Blessures et gros ennuis de santé, hélas, comme tu le soulignes, mais le moral n’en souffre pas trop, et l’espoir est toujours là. Se retrouver, avant, pendant et après une course est toujours un vrai bonheur.

Un mot pour tous les coureurs débutants ou moins débutants qui se retrouvent de plus en plus nombreux sur les routes et les chemins ?

Pour tous les coureurs : continuez le plus longtemps possible, et que les jeunes générations viennent toujours plus nombreuses apporter leur énergie et leur bonne humeur, nous avons besoin à la fois de la continuité et du renouvellement..
Amitiés.
J.L.

Merci JL et on te souhaite le plein de podiums pour 2018 !

– Entretien avec … Walter Collazuol

Il diavolo Sarde aprente les routes et les chemins de la vallée du Paillon tout au long de l’année, en courant ou à vélo. 
Il a participé aux deux premières éditions du trail de Peillon, en terminant notamment trempé l’édition dantesque sous des trombes d’eau. 
Il a gentiment accepté de répondre à quelques une de nos questions en abordant notamment le côté technique de la compétition. Il est le premier en 2018 à nous confier ses impressions. 

– Salut Walter Collazuol. Tu as participé aux 2 éditions du trail de Peillon, comment le définirais-tu ? 

L’entraîneur d’une équipe de foot dit à ses joueurs de ne jamais sous-estimer l’adversaire. Dans le trail il est essentiel de ne pas sous-estimer le parcours.

Le petit trail de Peillon, fait de ses 17 km et moins de 1000 mètres de D+
peut facilement induire en erreur, même les coureurs les plus aguerris qui ne connaissent pas le parcours.

La ligne de départ est sur la route de Saint-Thècle, on sent respirer tout proche le Paillon.

Sur la ligne de départ on peut facilement se retrouver à côté de quelques champions de notre Région (en 2017 on en était à la deuxième édition et on enregistrait environ 80 participants, avec une très bonne ambiance).

Jusqu’au petit tunnel qui détermine le vrai départ du tracé trail, où nous commençons à douter de nous-même.

– Quels en sont ses points forts ? 

J’aime bien cette compétitions, pas très loin de la maison, pas trop longue, mais je tiens à souligner bien technique.
Un vrai banc d’essai pour savoir où on en est dans la préparation pour des compétitions plus longues. Cette année je voudrais participer à l’ultra trail des Alpes Maritimes.

Comme je disais c’est un petit parcours, mais très varié.

Les organisateurs se sont donnés du mal pour modeler cette jolie boucle entre le Paillon, Saint-Thècle et le caractéristique village de Peillon.

– Avec quel autre trail tu lui trouverais des points communs ?

Si on veut faire un commentaire sur le Dénivelé, là aussi on peut imaginer que le 900 mètres de D+ peut nous permettre de garder nos moyens de rêver, mais à la fin quand on commence à courir sur des pierres qui ressemblent à des lames et dans certaines montées on pense presque être sur une course de sky running, on peut vite regretter d’être parti trop fort.

– Tu as réalisé à chaque fois environ 2 h 12, est-ce que l’on te verra en 2018 et surtout est-ce que tu amélioreras ce chrono ? 

Pour finir, je participerai encore encore cette année, j’essayerai d’améliorer mon temps (env 2 heures 12) et finaliser ma préparation pour le Triathlon de Cannes.

Merci beaucoup Walter et rendez-vous le 10 juin !

– Entretien avec … Irène Fiore

Elle est la caution gentillesse et bonne humeur des courses du 06. Infatigable, elle forme avec Jean Pierre Fiore un couple sportif comme il n’en existe sans doute pas beaucoup.
La merveilleuse Irene Fiore a accepté de répondre à quelques questions :

– Tu participes depuis de nombreuses années à la Monta-Cala de Peillon. Pourquoi reviens-tu chaque année et surtout, aurons-nous la chance de vousretrouver encore cette année Jean-Pierre et toi ?

Oui, nous viendrons en 2018 courir au pays des Paillons. La raison de notre fidélité est que chaque année nous sommes accueillis comme si nous étions de la famille.

– Qu’est ce que c’est pour toi une course et une organisation réussie ?

La réussite d’une course est assez simple : déjà recevoir un accueil chaleureux.
Ensuite avoir un bénévole au bon endroit et évidemment de bons ravitos.
Je n’aime pas quand il y a un cumul podium scratch + catégories.
Enfin et si c’est possible, c’est plus sympa quand les 3 premiers de toutes les catégories sont récompensés.

– As-tu des objectifs sportifs pour l’année 2018 ?

Nous avons toujours des projets !
Courir 25 km à la Sainté Lyon puis un Marathon en Moldavie.
Enfin et pour le plaisir de multiples courses par ci par là évidemment avec mon amoureux.
Nous commencerons par la Prom’ Classic en janvier 2018.

– Merci Irène !

– Entretien avec … Marc Waltzer

Marc Waltzer tient le micro depuis la première édition de la Monta-Cala en 2009. Il donne de sa personne et de ses cordes vocales chaque année et a accepté de répondre à quelques questions.

– Marc, tu es le speaker de la course depuis 2009, comment t’es tu retrouvé sur ce poste et surtout, seras-tu encore la voix de Peillon cette année ?

Au départ, c’était surtout par souci d’économie que l’on m’a donné le micro, et maintenant il faut payer cher pour me le reprendre !

– Comment prépares-tu tes interventions ? Tu analyses tous les résultats des courses ?

Je suis depuis tant d’années dans le milieu de la course que je n’ai pas trop besoin d’aller voir voir sur internet.
J’ai juste besoin de me renseigner sur les performances des coureurs en présence. Quand j’ai un petit trou il me suffit de me rapprocher de Jeremy Payot et de Franck Saffioti pour avoir tous les détails : poids, taille, âge, records, projets de tous les coureurs du 06 et 83… j’ai aussi l’option de passer un petit coup de fil en Bretagne chez l’ami Stéphane Goile, la bible de la course à pied.

– Des nouveautés pour cette année ?

Pour cette année je comptais couper la musique de fond et chanter quelques chansons en niçois, mais on me l’a déconseillé ! Ou alors je vais peut être faire le commentaire bilingues, Niçois – Francais.
Plus sérieusement je vais essayer de donner la parole aux coureurs, et pas simplement aux premiers, afin de valoriser un maximum tous ceux qui font le succès de la course à pied dans le 06 depuis de longues années.

– Peux-tu nous montrer que tu n’es pas un imposteur et nous parler de tes différents records et de tes meilleures performances sportives ?

Dans une autre vie j’étais coureur à pied c’est vrai et sans être accro aux chronos, mais en courant pas mal de km hebdomadaires.
Je tournais à 16km sur l’heure, un petit peu moins de 3h sur un des rares marathons que j’ai couru (je n’étais pas un passionné de longues distances à part peut être le marathon du Médoc, mais celui là est un peu particulier).

– Tu as été le président du club et tu en es encore le président d’honneur. Qu’est ce qui te motive encore ?

J’ai été le président de Courir à Peillon pendant quelques années avec bonheur, depuis la création en 2007 jusqu’en 2014.
La course à pied fait donc partie de ma vie comme encore deux ou trois passions qui ne me lâchent pas mais c’est surtout la joie de côtoyer toute cette bande de joyeux fêtards (comme disait Moustaki) qui sans se prendre la tête arrivent à marier, sport, amitié, convivialité… qui me motive à ne pas me retirer et à donner encore un petit coup de main (et de temps en temps quelques avis contraires afin de calmer les ardeurs des plus entreprenants) Le club de Courir à Peillon par ses valeurs, et tous ses adhérents le méritent bien.

– Entretien avec … Jérémy Payot

Il est le créateur et l’un des principaux « débroussailleur » du Trail de Peillon. Jeremy Payot, le futur heureux papa d’un petit garçon, nous livre quelques informations sur le parcours.

– Salut Jérém, as-tu beaucoup testé de parcours avant de finaliser celui-ci ?

Réellement, je ne sais plus, je dirais 3 ou 4 parcours pour avoir une première ébauche du parcours. Après si on superpose les 3 ou 4 parcours testés, ils se ressemblent à 50% minimum
Dans un premier temps, j’ai été épaulé par les membres de Blausasc Trail, ils m’ont fait découvrir de nouveaux sentiers, donné leurs avis sur certains passages et m’ont accompagné lors des 1ères reconnaissances. Après il a fallu déterminer le sens de la courses, les zones à créer et à nettoyer. Une fois cela terminé, j’ai dévoilé le parcours aux membres du club, nous avons fait de nouvelles reconnaissances [un peu sauvages] avant d’entamer la phase création/nettoyage.

– Quels en sont les points forts ?

Je pense le profil varié de la course, le paysage, le passage dans le village de Peillon et avec un peu de chance la possibilité de croiser des chevaux et chèvres sauvages.

– Comment le définirais-tu ?

La première moitié est une succession de côtes et de faux plats montant sur terrain techniques, c’est une partie ou il faut être particulièrement vigilant. La deuxième moitié est plutôt roulante, les personnes qui auront bien géré leurs efforts devraient y faire la différence.

– Avec quels autres trails pourrais-tu le comparer ?

Il ressemble un peu au Trail des Limaces (BLAUSASC ) et de Laïssa Coure (PEILLE) pour ce qui est des sentiers empruntés. Après niveau profil et paysage on pourrait y trouver des similitudes avec … euh … je n’en ai pas qui me viennent en tête, il est donc unique !

– Est-ce que l’on peut attendre des innovations cette année ?

Le Trail de 17km devrait peu changer, on a eu de très bons retours sur les 2 premières éditions, mais il est possible qu’une jolie surprise améliore grandement le panorama. On est en train de chercher un nouveau parcours qui remplacerait la Monta-Cala de 9km.

– Quel est ton passage préféré de la course ?

Le passage sur crête qui est la partie plus technique selon moi car elle offre une vue à 360°, on surplomb le village de Peillon et on y croise des chèvres sauvages. C’est également l’endroit dans lequel on a passé le plus de temps à débroussailler et celui qui m’a le plus égratigné lors des reconnaissances, c’est pour dire à quel point je tenais à passer par là.

– Le record est détenu par Stéphane Giordanengo en 1 h 30 environ, est-ce que tu crois qu’il peut être battu ?

Stéphane était en grande forme lors de cette course, il est très à l’aise lorsque le terrain devient technique, au ravitaillement du village de PEILLON (Mi-course) son avance était déjà importante sur le deuxième, je pense qu’il a volé sur les cailloux . Le reste du parcours est composé principalement de descentes rapides et c’est également un autre de ses points forts. Donc oui, le record peut être battu mais ça sera loin d’être facile, le prétendant devra être complet et affuté.