– Interview Stéphane Giordanengo

Il est le dernier vainqueur du trail de Peillon ainsi que le recordman de l’épreuve. Vainqueur d’un grand nombre de courses il est celui qui rédige avec talent et humour les articles de course à pied sur Nice-Matin. Il a accepté de répondre à nos questions et d’ouvrir le bal des entretiens pour la page FB. Merci Stéphane Giordanengo

– Tu es le vainqueur en titre et le recordman de l’épreuve :

Cette année ce n’était que la 2ème édition, et pour la première je crois savoir que le temps n’était pas de la partie et que les 2 premiers, Guillaume Besnard et Sébastien Poesy, ont couru sous des trombes d’eau, j’avais donc un avantage pour améliorer leur chrono ?

– Pourrais-tu définir ce trail en quelques mots ?

D’aucuns pourraient croire que ce que je vais dire est du chauvinisme car je suis originaire de la vallée du Paillon, mais ce n’est pas le cas : c’est un des plus beau parcours de trail court de tout le 06 ! Il est à la fois physique et très technique, il y a des rochers de partout sur le parcours !

– Lui trouves-tu des points communs au niveau du parcours et des points de vue avec d’autres trails ?

Pour les points communs, le plus évident est celui avec feu la laissa couré de Peille, qui passait tout près et offrait à la fois le même genre de terrains trés rocailleux et techniques, et à peu prés les mêmes vues sur la vallée du Paillon et le vallon de Laghet. Sinon certaines parties font penser aux voies romaines du trail des Baous de St Jeannet. Il y a aussi des points communs avec les trails de la Turbie et de Eze. Mais bon malgré toutes ces similitudes, le trail de Peillon a sa propre identité, il est unique, et quand on connaissait certains sentiers avant que la course n’existe, on voit que ses organisateurs ont fait un travail de malade et sont réellement impliqués dans leur manifestation !

– Penses-tu pouvoir améliorer ton chrono l’an prochain ?

Je ne penses pas non. J’ai eu un très gros pic de forme cette année, qui a duré 4 semaines, du 30 avril jusqu’au 28 mai, jour du trail de Peillon. J’en ai eu un autre en juillet, de 4 semaines également, mais je suis alors tombé sur le genou, j’ai du couper presque un mois, et depuis je ne retrouve plus les sensations que j’ai eu durant ces 2 périodes. Si on ajoute mon récent passage dans la catégorie master, je ne crois pas pouvoir faire mieux non !

– Est-ce qu’un trailer de la région pourrait rivaliser avec toi ?

Il n’y en a malheureusement pour moi pas qu’un ! Julien Navarro, Jonathan Moncany, Joel Artieri, Quentin Succo, Thomas Lemaitre, Sylvain Camus,Thibaud David, Sébastien Poesy, Yohan Viani, Mickael Gasc, Hugo Deck, Rafael Martinez, Kevin Le Guern, Guillaume Besnard, Loic Fabre, Loic Franco, Germain Grangier… Il n’y a pas assez de caractères sur mon clavier pour lister tous les traileurs de la région qui m’ont mis une fessée récemment…!

– Un mot sur tes objectifs à venir ?

J’ai commencé une prépa 10 km il y a une semaine et demi, en vue de la Prom Classic. Ca fait longtemps que je n’ai pas fait un 10 km roulant, j’ai envie de voir où j’en suis sur la distance. Ensuite il y aura le Cannes Urban Trail, puis la finale du Défi 4 à Borme les Mimosa le 11 février. Et intercalés, le trail du pic des fées à Hyères, la corrida de St Paul de Vence, et les 12 bornes de Gorbio. Un peu plus loin le marathon de Paris.

– Merci Stéphane pour tes réponses et rendez-vous le 10 juin 2018 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *